The Master in Multilingual Communication: A place for multiculturality

Brussels is known to be a city where various cultures and origins meet. Erasmus students like to spend their year in our city and many tourists decide to visit Brussels each year.

The same can be said for the master in multilingual communication. As a matter of fact, many students from different countries chose to enroll for the master this year.

Thus, we decided to interview them in order to know what their motivations and hopes were when they came to Brussels and especially, to the ULB. We asked them three questions: 1) “Why did you choose to come to Brussels in the first place and why did you come to the ULB?”, 2) “Why did you choose the master in Multilingual Communication?” and 3) “Do you think that your mutliculural experience plays a role in a better understanding of the classes?”

Jennifer, Italy

Mi chiamo Jennifer, sono italiana e sono arrivata in Belgio nel 2014, dopo aver conseguito il Diploma di stato in Italia.Ho scelto di studiare a Bruxelles soprattutto per il suo aspetto multiculturale e multilingue.Anche per questa ragione ho deciso di iscrivermi al master in Communication Multilingue. Dopo essermi laureata in Langues et Littératures Etrangères (sempre all’ULB), non volevo assolutamente smettere di studiare le lingue. Anzi! Ho iniziato a studiarne una terza: spagnolo. Penso che la mia esperienza multiculturale giochi un ruolo importante nel comprendere le lezioni e non solo: fare un’esperienza all’estero e, soprattutto, in una città come Bruxelles, apre la mente e gli orizzonti. Il fatto che venga da un altro paese non può essere che un punto forte in questa città e in questo Master, dove non si perde mai l’occasione di valorizzare la diversità e la multiculturalità!

Saskia, Switzerland and Holland

Je suis suisse et néerlandaise et j’ai choisi de venir à Bruxelles pour sa diversité culturelle et son ambiance, mais aussi pour l’affinité que j’ai avec les trois langues nationales du pays (aide professionnellement). J’ai opté pour l’ULB pour sa réputation internationale et parce qu’elle offrait un bachelier en Information et Communication que je ne pouvais trouver à Genève. Après mon bachelier, appréciant Bruxelles, j’ai décidé de continuer avec un Master en Communication Multilingue à finalité Multiculturalité à l’ULB pour en apprendre plus par rapport aux différentes cultures, aux langues, à l’immigration et à la communication qui font partie de mes sujets de prédilection. Je ne suis pas sûre que mes origines me donnent un réel avantage pour la compréhension des cours, si ce n’est une certaine connaissance des politiques (d’intégration) de certains Etats. Par ailleurs, il est très intéressant de comparer les langues entre elles, comme entre le néerlandais et le flamand, ou alors entre le français de Belgique, celui de France et celui de la Suisse.

Julia, Finland

Tulin Brysseliin opiskelemaan jo kandivaiheessa ja suoritin kääntamisen kandidaattitutkinnon ULB:llä. Bryssel kiehtoi monikulttuurisena kaupunkina ja tunsin Belgian entuudestaan lukion vaihtarivuoden ansiosta. Monikielisen viestinnän maisterin valitsin koska se antoi mahdollisuuden jatkaa osittain kieliopintoja mutta myös perehtyä paremmin erilaisiin kulttuureihin ja kansainvälisiin suhteisiin. Aiemmat kansainväliset ja monikulttuuriset kokemukseni ovat myös auttaneet tiettyjen kurssien ymmärtämisessä sillä tietyt tilanteet ovat jo ennestään tuttuja, kuten esimerkiksi kaksi-/monikielisyys ja sen vaikutukset kanssakäymiseen. Suosittelen ULBn monikielisen viestinnän ohjelmaa vieraskielisille jotka kuitenkin osaavat jonkin verran ranskaa, kokemus on todella rikastuttava!

Aurore, Belgium

Je viens de Wallonie, d’une famille qui parle uniquement le Français et ne connait pas du tout les langues. J’ai découvert un intérêt pour les langues quand j’étais au chômage et que j’ai commencé à suivre des formation de Néerlandais en collaboration avec le Forem, c’est là que j’ai décidé de reprendre des études.J’ai entamé un bachelier à l’ulb en langues et lettres, je connais le master en commumulti parce que j’ai étudié en bachelier à l’ulb du coup. Pourquoi l’ULB et pas une autre université pour l’apprentissage des langues? Car elle est située à Bruxelles, ville multiculturelle et multilingue par excellence! Pourquoi commumulti? Pour continuer dans les langues, et apporter mon expertise linguistique aux métiers de communication, ce qui est plus que needed dans notre société de plus en plus internationale.

Rachel, Germany

Als deutschsprachige Belgierin bin ich ursprünglich nach Brüssel gekommen, um an der ISTI, jetzt Teil der ULB, Übersetzung und Dolmetschen für Französisch, Englisch und Chinesisch zu studieren. Brüssel reizte mich vor allem wegen der vielen verschiedenen Kulturen, mit denen ich hier täglich in Kontakt komme. Die Universität habe ich wegen ihres Prestiges und ihres beeindruckenden Lehrpersonals, das zum Teil auch in den großen europäischen Institutionen arbeitet, ausgewählt. Da sich der Master in Übersetzung jedoch zu sehr auf diesen Teil der Sprache und der Sprachwissenschaft spezialisierte, habe ich mich, neben meinem Master in Politikwissenschaften, für den Master in Communication multilingue entschieden. Hier habe ich die Möglichkeit, meine Sprachfähigkeiten konkret auszubauen, diversen Unterrichten über Sprachwissenschaft und ihre praktische Anwendung zu folgen und mich gleichzeitig auf internationale Beziehungen zu spezialisieren. In diesem multikulturellen Umfeld lerne ich jeden Tag dazu.

Sara, Portugal

A pesar de ser portuguesa, sempre vivi em Bruxelas. Para mim, estudar aqui era óbvio sendo que, além de ser uma cidade multicultural, algo que adoro, acho que ofrece muitas oportunidades a nível académico. Depois, decidi estudiar na ULB porque amigos meus recomendaram-mo, e não me arrependo ! Decidi fazer um mestrado em comunicação multilingue porque ofrece a possibilidade de combinar três línguas com o uma especialização, algo que acho muito interesante e enriquecedor.
Ser bilingüe em português e francês ajuda-me muito na aprendizagem de novas línguas Além disso, ajuda-me a entender muitas questões atuais relacionadas à multiculturalidade e a ter uma menta mais aberta em relação á isso

Written by Laura Dodeigne

Master’s degree in multilingual communication: the importance of English.

As you might already know, the master’s degree in multilingual communication aims at preparing you for a multilingual and multicultural work environment in which communication plays a major role. This is the reason why the English language occupies a prominent position in our curriculum. In the article “Comment accéder au master en communication multilingue? », we informed you that an excellent level of English is required in order to access our master’s degree.

First year English courses

During your first year as a student of multilingual communication, you will have access to a wide range of English courses. From the academic year 2019-2020 onwards, you will have the possibility to choose from six different classes.

Etude approfondie de la linguistique synchronique de l’anglais: are you a linguistics enthusiast? In this class, you are going to review most of the major issues related to the forms of reported discourse, from the typographical, phonological, syntactic, semantic and pragmatic points of view.

Histoire approfondie du théâtre anglophone: if you are fascinated by Shakespeare, this class is made for you! You will analyse two Shakespearean tragedies (Hamlet and Othello) as well as two comedies (A Midsummer Night’s Dream and The Tempest). The course also offers students the opportunity to see excerpts from several versions of these plays.

Littérature et civilisation des Etats-Unis d’Amérique: are you attracted to American literature? Thanks to this class, you will gain more understanding about the African-American novel from the 19th century to the middle of the 20th century or the realism and naturalism in the United States, from the end of the 19th to the middle of the 20th century.

Auteurs des Etats-Unis d’Amérique: you have always wanted to read Kerouac or Ginsberg? Don’t miss this course which explores the vision of the « Beat Generation », a precursor to the counter-culture of the 1960s whose innovative creativity was at its height between 1944 and 1960. The course focuses as well on ecological/ecocritical discourse and ecopoetics in contemporary American literature.

Anglais: langue, société et culture I: You are captivated by the UK and the US? This class is devoted to an in-depth study of British and American culture and civilization, through major historical and current events. In the seminars, you will have the opportunity to improve your English speaking skills.

Littérature canadienne anglaise: since you discovered Margaret Atwood, you can’t wait to know more about Canadian literature? Here is an introduction to recent developments in contemporary English Canadian literature, both in the field of fiction and theatre.

Finally, the only mandatory class of this first year will be Pragmastylistics and the English language during which you are going to develop your communicative competence.

Second year English courses

In your second year of multilingual communication, you will have to choose between two English classes.

Anglais: langue, société et culture II: After the UK and the US during the first year, this class will be focused on Australia, India, South Africa and Canada through discussions of the political, cultural and social current events in these countries.

Séminaire de linguistique anglaise: in the lectures and the seminars, you will find an in-depth description of a problem from a linguistic point of view. The aim of this course is to teach students to develop critical thinking and scientific skills.

Among all these choices, you will surely find a subject that fascinates you and allows you to develop your English skills!

Want to hear what a second-year student has to say about the role of the English language in our master’s degree? Watch this short video:

Written by Caroline Noël

Bien choisir son master

Bien choisir son master – la SIMA

Tu es en dernière année de bachelier et le choix du master s’approche, mais tu ne sais pas encore lequel te correspondrait le mieux ? Tu as des questions auxquelles tu aimerais avoir des réponses en lien avec le choix de master ? Nous savons à quel point ce choix peut être difficile, nous sommes tou.te.s passé.e.s par là ! C’est d’ailleurs pourquoi l’ULB organise chaque année une journée consacrée à précisément cela, aider les futur.e.s étudiant.e.s de master à s’orienter parmi le vaste choix qui s’offre à eux/elles.

La SIMA

Cette journée, nommée la Séance d’Information sur les MAsters et doctorats (ou la SIMA pour faire plus court), a lieu annuellement à la fin du mois d’avril et a pour but d’offrir aux futur.e.s étudiant.e.s la possibilité de venir s’informer sur l’offre des masters (et doctorats) à l’Université libre de Bruxelles. C’est non seulement l’occasion de venir rencontrer les professeur.e.s qui te donneraient cours et les étudiant.e.s actuellement inscrit.e.s, mais aussi une opportunité pour venir t’informer sur d’autres aspects de la vie sur le campus de l’ULB. En effet, tu y trouveras des conférences sur les études à l’ULB et sur les possibilités de partir en échange, des tables de discussion ou encore des stands tenus par différents services proposés par l’ULB (infOR études, le service social, le service des inscriptions etc…).

Pour en savoir plus sur cette journée d’information, dirige-toi vers le site de l’ULB.

Choix du master

Plusieurs facteurs rentrent évidemment en compte dans le choix du master, comme tes études de bachelier et ton intérêt personnel. D’ailleurs, si comme nous, tu as envie d’étudier les langues étrangères pendant ton master, plusieurs choix s’offrent à toi. En effet, au sein de la faculté de Lettres, Traduction et Communication, les trois départements (Langues et Lettres, Traduction et Interprétation et Information et Communication), proposent chacun des masters ayant un lien avec les langues étrangères. Si toutefois tu hésites entre les différents départements, la SIMA te propose une conférence dédiée, pendant laquelle des représentants de chaque département présentent leur offre.

Si tu hésites plutôt entre les différents masters au sein du département d’Information et de Communication, notre article sur les similarités et les différences entre les masters en Communication, en Journalisme et en Communication multilingue est fait pour toi !

Communication multilingue

Envie d’étudier les langues étrangères et les relations interculturelles ? Les relations internationales, les ressources humaines ou la multiculturalité t’intéressent ? Tu aimerais travailler dans le secteur de la communication plus tard ? Alors le master en communication multilingue pourrait être le bon choix pour toi!

Dans le cas où le master en communication multilingue t’intéressait, tu l’auras deviné, la SIMA reste l’opportunité en or pour poser toutes les questions que tu pourrais avoir. Quelles sont les particularités de chaque finalité ? Quelles langues sont proposées par le master ? Quelles sont les conditions d’accès ?

Et enfin, rassure-toi, même si le choix peut paraître compliqué, tu finiras par trouver ta voie.

 Ecrit par Julia Virtanen

Comment accéder au master en communication multilingue ?

Tu t’intéresses au master en communication multilingue ? Tu as déjà une idée plus claire de notre offre grâce à notre article « Masters en communication multilingue, en communication et en journalisme : différences et similarités  » ? Tu aimerais bien t’inscrire dans notre programme ? Alors, découvre ici les conditions d’accès au master en communication multilingue ! 

Les langues

Comme le nom le dit déjà, le multilinguisme est crucial dans notre programme : c’est pourquoi un niveau C1 en anglais et B2 en français sont absolument requis pour bien pouvoir suivre les cours donnés dans ces deux langues. De plus, les cours de langue de spécialisation exigent la preuve d’un niveau B2 du cadre de référence européen. Par contre les cours de langue d’initiation ne requièrent aucune connaissance préalable, seulement de la motivation ! D’ailleurs, tu devras écrire ton mémoire dans une langue différente de ta langue maternelle. 

Les diplômes

Notre master est ouvert à des filières variées. Un diplôme de bachelier ou de master du département Lettres, Traduction et Communication te donne en général un accès direct au master en communication multilingue. Si tu viens de la faculté de sciences sociales, tu peux tout aussi bien t’inscrire dans notre programme ; mais il est possible que tu doives réussir jusqu’à 15 crédits supplémentaires, soit maximum 135 crédits en tout. Le master en communication multilingue est aussi accessible aux étudiants ayant obtenu un diplôme en Haute école : dans ce cas, le programme complémentaire contiendra entre 45 et 60 crédits, dont 15 crédits de langue de spécialisation. Ici, tu trouves la liste exhaustive des diplômes ayant un accès direct ou indirect à notre master.

Le programme

Le programme du master en communication multilingue contient 120 crédits. En bloc 1, nous avons 60 crédits se composant de 20 crédits de tronc commun en communication, y compris le travail préparatoire au mémoire (plus d’infos ici), 10 crédits de cours d’anglais, 10 crédits de langue de spécialisation, 5 crédits de langue d’initiation et finalement 15 crédits pour la finalité, à choisir entre Relations Internationales, Ressources Humaines ou Multiculturalité. Le bloc 2 contient aussi 60 crédits, dont 25 crédits sont réservés pour le mémoire et 10 pour le stage. Les 25 crédits restants sont répartis entre les cours d’anglais, de langue de spécialisation, de langue d’initiation, et de la finalité. 

Voici l’interview avec Madame Valérie Carlier, responsable administrative du master en communication, par rapport aux conditions d’accès au master en communication multilingue: 

Sujet de mémoire – Que choisir et pourquoi?

La semaine passée, nous avons parlé du TPM (le Travail Préparatoire au Mémoire), en te donnant quelques conseils sur le choix du sujet de mémoire, du/de la promoteur.trice et surtout (le plus important) pour te rassurer un peu ! 

Comme il a déjà été dit, le choix du sujet de mémoire peut être influencé par différents facteurs : ton intérêt personnel, la finalité dans laquelle tu es inscrit.e, les secteurs professionnels dans lesquels tu voudrais travailler dans l’avenir,…

Mais en pratique, cette année, de quoi parleront les étudiant.e.s de Communication Multilingue dans leur mémoire ?

Les sujets de mémoire de cette année

Les sujets de mémoire de cette année varient énormément de l’un à l’autre.

En lisant la liste des mémoires de cette année, on passe, en effet, de la Comunicación y representaciones de género à La position et l’importance de la langue luxembourgeoise dans un contexte de multilinguisme et d’immigration, de ISIS through the fiction à Die Verbreitung der nationalistischen Ideen in Deutschland, de L’università italiana: le differenze tra Nord e Sud à De aanwezigheid en de invloed van nationale en regionale identiteiten in Nederlandstalige en Franstalige Belgische stripverhalen.

Comme tu l’auras sûrement compris, tu peux écrire ton mémoire dans la langue que tu préfères, à l’exception de ta langue maternelle. Cette année, l’anglais est la langue de rédaction privilégiée par la majorité des étudiant.e.s : 78 % des mémoires seront écrits dans cette langue. Cela ne signifie pas que tu ne peux pas oser l’écrire dans une autre langue : pourquoi ne pas te pencher sur ta langue de spécialisation et saisir l’occasion de t’améliorer ? 9 mémoires seront écrits en français (langue étrangère pour beaucoup d’étudiant.e.s dans ce master), 7 en espagnol, 2 en italien, 2 en néerlandais et 1 en allemand.

Inutile de dire que, dans ce master, les frontières nationales n’existent pas… Les étudiant.e.s se focaliseront sur des situations sociales, politiques, linguistiques des pays du monde entier : quatre des cinq continents du monde seront en abordés cette année. Des Pays de toute l’Europe seront pris en considération par les étudiant.e.s BABL, mais aussi le Canada, les Etats-Unis, la Chine, le Nigéria…

Les raisons du choix

Mais qu’est ce qu’a poussé les étudiant.e.s à se pencher sur des sujets si divers ?

Mélanie, par exemple, a décidé d’écrire son mémoire sur l’identité suisse du point de vue de la minorité italienne. Elle est originaire du canton du Tessin (italophone) : c’est donc un facteur personnel qui l’a poussée à choisir ce sujet de mémoire. A travers ses recherches, elle voudrait « vérifier jusqu’à quel point les Suisses italien.ne.s sont marginalisé.e.s par rapport aux Suisses allemand.e.s et français.es » . Elle considérera aussi « l’importance de l’anglais comme lingua franca en Suisse qui risque d’écarter encore plus le statut de l’italien ».

L’expérience personnelle de Mathilde est aussi la raison fondamentale de son choix. Elle vient d’une famille francophone, mais elle a étudié en néerlandais jusqu’à son Bac. Elle décrira une « ethnographie linguistique des attitudes d’élèves et parents francophones dans une école secondaire néerlandophone bruxelloise ».

Eleni, étudiante Grecque, analysera la rhétorique pour et contre le mémorandum de son Pays natal. Son but est de « mettre au premier plan les caractéristiques linguistiques du discours des journaux, qui pourraient conduire à la polarisation de l’opinion publique » .

Elle n’est pas la seule à avoir décidé de se focaliser sur les médias et les articles de journaux. Laura analysera aussi des journaux, en étudiant l’image de l’Union Européenne dans les journaux russes pendant le Brexit. Elle voulait « en savoir plus sur comment l’UE a été décrite dans les médias étrangers pendant cette période ». Pourquoi a-t-elle choisi les journaux russes ? Parce qu’elle étudie le russe depuis cinq ans.

Le multilinguisme et la multiculturalité semblent donc être les aspects les plus étudiés d’après ces témoignages. Charlotte, étudiera l’intégration sociale, culturelle et linguistique des jeunes turc.que.s en Allemagne et a choisi l’anglais comme langue de rédaction. Ce choix est dû à sa volonté de créer un lien entre les langues qu’elle étudie: l’anglais, l’allemand et le turc.

Saskia a décidé de lier étroitement la traduction et l’immigration dans son travail. Elle évaluera « les nouvelles technologies de la traduction dans le cadre de l’immigration en Belgique et de ses procédures d’asile », car elle ne trouve pas ça juste que ces procédures soient si longues…

Pourtant, les langues ne font pas l’objet de tous les travaux de cette année. Dans le cas d’Ilaria et de Manon, leurs intérêts personnels l’emportent, cultivés par des cours suivis en Bloc1.

Ilaria explique que grâce aux cours de Contacts des Cultures (de la finalité Multiculturalité), elle a opté pour une analyse de l’image de la femme ménagère à travers le magazine ELLE Belgique, de l’année 1966 à aujourd’hui.

Manon en revanche est passionnée de photographie. C’est pour cela qu’elle a décidé d’étudier la photographie aux Etats-Unis. Le cours d’Anglais : Langue, société et culture I du Bloc1 a contribué dans son choix. Pendant les séances de ce cours, les étudiant.e.s ont « parlé de trois photographes qui ont marqué l’histoire de la photographie, en représentant l’Amérique dans leurs photos », ce qui a cultivé son intérêt précédent.

Ces extraits de témoignages, que tu peux lire en entier sur ce site, montrent la grande variété de raisons qui contribuent au choix du sujet de mémoire dans ce master. Tu peux trouver l’inspiration dans les cours que tu suis, ou te concentrer sur les langues que tu as choisies d’étudier, sans pour autant négliger tes intérêts personnels et tes passions (si ils ont un lien avec la communication, les langues, ou ta finalité !)

Écrit par Jennifer Ferri