Diversity in Disney products

Representation from an early age is essential to make sure identities can develop themselves to the fullest extent without feeling ashamed of their appearance, practices or ideas. In many countries across the globe, one of the most prominent household names is probably Disney. This company therefore takes on a huge responsibility to represent kids worldwide to the best of their abilities, which isn’t always as easy as changing a cultural joke or translating road signs. To deal with this, the Walt Disney Company has specific jobs dedicated to international adaptations (as can be seen in their new Inside Pixar series), but also a ‘chief diversity manager’ whose job  is to “ensure that inclusion and a deep sense of belonging are embedded in the fabric of how [they] do business every day”, as described by Latondra Newton who has held the title since 2017. But how is this manifesting itself in practice?

As students in the class ‘English: language, society and culture 1’ have seen over the past year (this is an elective year long course for all specializations), representation can be problematic. Who is ‘allowed’ to write from the perspective of someone else’s shoes? This question is a recurring theme in popular entertainment, for example when Jeanine Cummins wrote American Dirt, a novel about a Mexican family fleeing to the US (as the novel contained stereotypical depictions of Mexicans). Cummins is a well off American writer with family ties in Ireland and Puerto Rico, who has never had to flee or immigrate, yet despite this, the book was long awaited and was even chosen for Oprah Winfrey’s book club. Mexican-American writers critiqued her on not being in the right position to write personally about a group that she is not a part of (or identifies herself with). Similarly, it is easy to see how Disney can be in a tough place because it is viewed by children in a large range of countries, but still is an American company. Especially in children’s movies, Disney tries their best to glocalize the films as much as possible to create a universal town that kids all around the world can relate to. Every movie is later passed through an international committee to review the universal aspects of the movie and potentially change the characters, objects or signs to fit the target audience. Yet, Michelle Anya Anjirbag (a prominent scholar in children’s literature, media and culture) also points towards this as a potential issue in portraying ‘the other’:

“While I would hesitate to go as far as Zipes, and others, and suggest that the Disney corporation is currently attempting to impose American value systems upon the rest of the world in a deliberately political, colonizing, or imperialist way, it remains important to talk about the power dynamics involved when a company such as Disney decides to tell stories from outside its own sphere, rooted in Western, Anglo-American, conservative-leaning hegemonic culture.”

(ANJIRBAG, 2018, P. 3)

Such a critique does not mean Disney should only create content for white, middle class Americans though. It means they should push themselves to attract people from various backgrounds, countries and classes to work on producing authentic content together. Even though it was not a blockbuster hit, Queen of Katwe was exactly what the diversity initiative should be working towards. A more successful example is the recent release of Soul, one of the first big animated feature films with a black lead by Disney. Normalizing minorities, whilst also not using them as token characters to be considered ‘inclusive’ is extremely important from a young age. 


However, Walt Disney was founded in 1923 and has gone through many transformations throughout the years, which means it has an imperfect history that reflects the societal inequalities of its parent country. Some of these examples include characters like Jim Crow (Dumbo), the portrayal of happy Black slaves in The Song of the South, or the evil villains in The Lion King (and many other movies) seemingly being portrayed as gay and effeminate, marginalized and darker toned.

In some instances, scenes or characters have been removed, but in others, Disney has opted to add a 12-second disclaimer to its original content on the streaming platform Disney+. Additionally, it has changed one of its attractions at both US based Disneyparks (in California and Florida) by revamping  some racially insensitive depictions in the Jungle Cruise ride.

While Disney is working on this and including a more diverse cast in their content, there is still a lot of criticism towards the company, notably on its LGBTQ+ characters. Until now, there is only one openly gay lead personality in the movie Onward, released in 2020. Even though this might be seen as a celebration, to many Disney fans this is a tiny step that should have been taken long ago. Besides some minor representations where gay couples featured in the background, Disney had a lot of other possibilities to give LGBTQ+ characters screen time. In the past, Disney has mostly used this (consciously or unconsciously) in their villains, known as queerbaiting, where certain characters are portrayed with negative stereotypes associated with the LGBTQ+ community. As a result, many people have created fanfiction to promote LGBTQ+ representation, and sometimes even tried to push Disney to change their plots to give a character a homosexual relationship. Two of the most prominent ones are Elsa in Frozen, and LeFou in Belle and the Beast. There have been heavy debates about introducing a girlfriend for Elsa, mainly because part of her character (according to Disney) is her independence, which can also be said for Merida (in Brave) and Moana. However, this feminist reply did not stop Frozen fans rallying to the hashtag #GiveElsaAGirlfriend before Frozen II came out in 2019 (during Pride Month), which did not result in the addition of an LGBTQ+ character. This movement has not stopped despite the disappointment and is continuing to rally for the next potential movie release in the Frozen series. There is also a strong counter movement from people who enjoy the strong single personality Elsa embodies and want to #KeepElsaSingle.

Not all efforts of Disney to create diverse content have been received with open arms. Tiana from Princess and the Frog (released in 2010), was the first African-American Disney princess and received a lot of criticism because she was portrayed as a frog for a large part of the movie. In addition to this, the strong segregation of New Orleans in the 1920s is almost completely absent from the movie (similarly to complaints Disney has received after the release of Pochahontas). Racially diverse princesses have also been portrayed as less traditionally feminine and more practically minded. Besides from not being very popular, Tiana has also been repeatedly excluded from princess themed merchandise like t-shirts, calendars or dolls.

We can see that Walt Disney Studios is working on improving its inclusiveness, but this is still not well represented in the movies they bring out. Even though it is difficult to include every nationality, race, sexuality or other identifier, Disney has a prominent role in depicting diversity. With the new life action movies coming out based on the old fairy tales and iconic Disney stories, a lot of stereotypes and discriminating factors are being replaced by a strong and diverse cast.

photo of people doing fist bump

La gestion de la diversité culturelle

Sur notre site web, nous retrouvons beaucoup d’articles en lien avec la diversité, la culture ou encore le multiculturalisme. Ce sont d’ailleurs des concepts dont nous entendons beaucoup parler dans les médias. Grâce au cours de Multicultural discourses donné par Madame Calabrese, les étudiants en finalité multiculturalité ont eu la chance de mieux comprendre ces concepts fondateurs de la société contemporaine.

Ce cours a, entre autres, présenté aux étudiants différents systèmes qui permettent de gérer la diversité culturelle dans un pays. Par exemple, en France, on observe le modèle assimilationniste (aussi appelé républicain), c’est-à-dire que les immigrants, mais aussi les natifs appartenant à des cultures régionales, doivent s’adapter à la culture française majoritaire pour ne garder leurs traditions que dans la sphère privée. Nous retrouvons d’ailleurs beaucoup de débats autour de la diversité culturelle au sein du pays. Par exemple, le port du voile par les femmes musulmanes dont nous entendons énormément parler dans les médias. Ce modèle peut en effet avoir des conséquences sur les identités culturelles des citoyens, qui peuvent se sentir perdus. Si certains s’accommodent très bien de cette assimilation, d’autres développent le sentiment de n’appartenir à aucune culture. Le modèle républicain a en effet une grande difficulté à produire des identités mixtes ou hybrides, qui trouvent au contraire une place dans le modèle pluraliste, qui prédomine aux États-Unis ou au Canada. Dans ce cas, la culture des immigrants et des groupes natifs minoritaires est non seulement tolérée mais aussi protégée et promue par l’état. Mais l’implémentation de ce modèle peut aussi avoir des conséquences négatives sur l’union d’un pays car en promouvant toutes les cultures, la culture commune est moins visible et les individus sont moins protégés des excès des groupes culturels. Ainsi, une des principales critiques que l’on peut faire à ce modèle est de tomber dans le relativisme culturel, qui tolère des comportements intolérants au nom de la diversité culturelle. 

Le troisième modèle, que nous retrouvons dans les pays germanophones pendant presque tout le XXe siècle, est celui de l’ « ethno-différentialisme ». Jusqu’il y a peu, il était très compliqué de devenir un citoyen allemand si nos ancêtres n’étaient pas natifs. L’histoire de l’Allemagne nous prouve cependant que ce type de modèle peut mener à la persécution des minorités, jusqu’ au nationalisme extrême.

Nous pouvons maintenant nous demander comment la Belgique gère la diversité. En Belgique, seuls les groupes culturels natifs disposent d’une pleine reconnaissance et protection. En ce qui concerne les groupes provenant de l’immigration, ils sont censés s’adapter à leur pays d’accueil par le biais d’une intégration professionnelle, économique et linguistique, mais une reconnaissance de facto existe par le biais de la reconnaissance et le financement des cultes, qui jouissent par ailleurs d’une présence au sein des établissement scolaires publics. Il existe cependant des différences régionales : la Flandre se rapproche plus du modèle multiculturaliste alors que la Wallonie est plus proche du modèle assimilationniste français. 

Nous remarquons donc qu’il existe plusieurs modèles qui permettent la gestion de la diversité culturelle dans un pays. Cependant, aucun de ces modèles n’est parfait et chacun a ses propres conséquences et dangers. Il est certain que le modèle républicain ne supprime pas toutes les injustices. En France, beaucoup de citoyens issus de l’immigration sont victimes de racisme et de discriminations, dans leur vie privée mais aussi professionnelle, de même que les ceux provenant des minorités régionales sont victimes de discrimination linguistique. Même si ce modèle prône la cohésion culturelle, il est impossible de faire en sorte que tous les citoyens aient exactement la même culture. D’un autre côté, le modèle mis en place aux Etats-Unis peut aussi être sujet à la montée de l’extrémisme au sein de la population. En effet, certains droits sont accordés à des citoyens venant de communautés minoritaires, ce qui peut mener à des tensions et des désaccords. Par exemple, l’utilisation de « racial quotas » dans les universités du pays ne plaisent pas à toute la population et peut créer une sorte de jalousie venant d’autres groupes. Nous pouvons prendre un autre exemple très actuel qui est celui du movement « Black lives matter », car nous avons pu très vite assister à l’émergence du mouvement « All lives matter » qui a créé beaucoup de tensions entre les partisans de ces deux groupes. Un article concernant ces mouvements sera d’ailleurs bientôt publié sur notre site.

Nous pouvons donc dire qu’aucun modèle ne gère la diversité culturelle de manière parfaite et qu’il y a encore beaucoup de travail et d’efforts à faire avant que le racisme et la discrimination ne soient plus d’actualité. Cependant, chaque modèle a aussi ses avantages. Ces concepts sont donc des concepts autour desquels nous pouvons avoir de nombreux débats, ce qu’ont d’ailleurs fait les étudiants en finalité multiculturalité. 


greenwashing quand ecologie est que du vent

Greenwashing- Quand l’écologie n’est que du vent

Qui n’a pas déjà vu des publicités qui vantaient le côté naturel, écologique ou encore durable d’un produit ? Depuis plusieurs années, les entreprises (et certains partis politiques aussi) s’efforcent à se donner une image plus verte et plus respectueuse de l’environnement. Souvent derrière ces images se cache cependant une réalité bien différente ou du moins plus nuancée.

Un peu d’histoire

Le greenwashing (parfois dit écoblanchiment en français) consiste à adopter des techniques qui permettent de faire croire au consommateur qu’un produit ou un service est écologique, éthique et/ ou durable. Ce sont d’ailleurs souvent ces termes qui sont employés pour promouvoir ces produits.   

Le terme greenwashing apparaît pour la première fois dans la revue Mother Jones dans les années 1990. Ses origines remontent à l’essor du mouvement écologiste, et de ses dérives en termes de marketing. Le terme est à la base un néologisme composé sur le modèle de « whitewashing », qui désignait le fait de dissimuler de l’information et de ainsi rendre quelque chose plus « propre ».

Et concrètement, cela donne quoi ?

Les entreprises utilisent de nombreuses techniques pour se donner une meilleure image et il n’y a nullement besoin de faire de grands gestes pour donner une image plus verte à une marque. Certaines grandes entreprises prennent donc des mesures qui sont certes visibles mais qui ne seront pas pour autant considérées comme trompeuses. Il s’agit par exemple de Mc Donald’s qui récemment a changé son logo emblématique au fond rouge pour un logo au fond vert ou encore de Coca Cola qui avait sorti toute une gamme de canettes en vert, Coca Cola Life, des entreprises peu connues pour leurs engagements en matière d’écologie.

D’autres, comme par exemple la compagnie Henkel dont la marque de lessive « Le Chat », ont créé un « bad buzz » déjà en 2009 pour l’entreprise, quand celle-ci a décidé de faire le promotion de sa lessive en utilisant ce qui semblait être un label écologique. Or, l’association WWF a dénoncé l’utilisation abusive du terme écologique pour un produit qui n’avait d’éco-responsable que le nom. Par la suite Henkel a réussi a rectifier le tir en faisant les démarches afin d’obtenir un vrai label reconnu au niveau européen.

Les marques se servent donc de la sémantique pour faire passer leur message en jouant avec l’image véhiculée par certains mots comme naturel. Parfois nous pouvons même observer des cas où des objets qui de base ne peuvent être bons pour l’environnement, comme des voitures par exemple, sont promus comme étant véritablement écologiques et durables.

Les labels

Au niveau européen, il existe certains labels officiels comme par exemple le EU Ecolabel , dont l’obtention dépend de plusieurs critères assez stricts. Cependant, dans le domaine du marketing, les entreprises font souvent croire au consommateur qu’ils ont un label alors qu’il n’en est rien en réalité. Le problème vient du peu de réglementation autour de ce type de publicités, où par exemple en Belgique le jury d’éthique publicitaire (JEP) est l’organe chargé de faire respecter les règles en vigueur. Ce jury est toutefois composé de membres de la société civile et de membres du secteur de professionnels de la publicité. L’autorégulation est donc le mot d’ordre.

La vigilance est donc toujours utile en lisant et voyant des publicités. A l’ère des réseaux sociaux, un bad buzz est vite créé, et les entreprises ont tout intérêt à faire attention.

Par Julia Virtanen

L’évolution du Web et le marketing digital

L’évolution d’internet lors de ces dernières années a eu un impact considérable sur le marketing digital. Poussé par les nouvelles technologies, internet a passé trois étapes importantes depuis sa création en 1990, allant du Web 1.0 au Web 3.0.

Du web 1.0 au web 3.0

Dans les années 1990, le web 1.0 était alors caractérisé par des « espaces statiques », dans lesquels des professionnels créaient du contenu pour des particuliers. Il n’y avait donc aucune interaction entre les deux parties.

Le début des années 2000 a vu naitre le Web 2.0, une véritable révolution qui a permis la création d’un web dit « social », grâce notamment aux réseaux sociaux. S’exprimer en ligne n’est donc plus un privilège réservé à une petite majorité, les internautes peuvent désormais créer du contenu, le partager et en parler, tout en multipliant les interactions sur le web.

Si le web 2.0 a eu un véritable impact sur l’évolution d’internet, sachez que la révolution numérique est loin d’être terminée, place au Web 3.0 !

Impact sur le marketing digital

Nous sommes dans les années 90, les entreprises utilisent alors le web comme un véritable magazine en ligne, que les internautes consultent sans interagir. C’est donc un système qui distribue l’information dans un seul sens. Le marketing s’oriente alors sur le produit, avec des publicités placées dans tous les coins de la page web sans aucune personnalisation du contenu. On parle alors de marketing de masse (one to many).

L’apparition des premiers forums a permis aux internautes de créer, pour la première fois, du contenu pour d’autres internautes. Ceux-ci, très présents dans le web 1.0, ont amorcé l’apparition du web 2.0.

Avec l’émergence des réseaux sociaux, la création de contenu du particulier vers le particulier devient accessible à tous. Les particuliers génèrent et partagent du contenu sans aucune intervention d’un professionnel, Wikipédia en est un exemple probant.
De plus, au-delà du texte pur et dur, d’autres médias tels que Flickr et YouTube ont également permis le partage de photos et de vidéos.

Désormais, les internautes partagent leur avis, entrent en contact avec les entreprises, et échangent avec d’autres internautes, le bouche à oreille virtuel prend ainsi de la valeur.

Le Web 3.0, aussi appelé « web sémantique », permet aujourd’hui de rassembler les informations autour de la personne, on se concentre alors sur l’humain. Les entreprises vont alors cibler les personnes susceptibles de passer du statut « d’internaute » à celui de « client ».

Par exemple : les suggestions personnalisées de films sur Netflix, les recherches personnalisées sur Google ou encore les produits qui vous sont proposés sur Amazon en fonction des historiques de navigation et de recherche.

Le marketing 3.0 voit donc aussi le jour, avec l’humain comme centre d’attention. En plus de créer une communauté autour de ses valeurs et ses visions, les entreprises cherchent désormais de nouveaux moyens afin de tisser des liens, solides, avec leurs potentiels clients et ainsi se démarquer de leur concurrents. Bienvenue dans l’ère de l’ « ultra-personnalisation » !

Ecrit par Alkacem Guerbai

The Master in Multilingual Communication: A place for multiculturality

Brussels is known to be a city where various cultures and origins meet. Erasmus students like to spend their year in our city and many tourists decide to visit Brussels each year.

The same can be said for the master in multilingual communication. As a matter of fact, many students from different countries chose to enroll for the master this year.

Thus, we decided to interview them in order to know what their motivations and hopes were when they came to Brussels and especially, to the ULB. We asked them three questions: 1) “Why did you choose to come to Brussels in the first place and why did you come to the ULB?”, 2) “Why did you choose the master in Multilingual Communication?” and 3) “Do you think that your mutliculural experience plays a role in a better understanding of the classes?”

Jennifer, Italy

Mi chiamo Jennifer, sono italiana e sono arrivata in Belgio nel 2014, dopo aver conseguito il Diploma di stato in Italia.Ho scelto di studiare a Bruxelles soprattutto per il suo aspetto multiculturale e multilingue.Anche per questa ragione ho deciso di iscrivermi al master in Communication Multilingue. Dopo essermi laureata in Langues et Littératures Etrangères (sempre all’ULB), non volevo assolutamente smettere di studiare le lingue. Anzi! Ho iniziato a studiarne una terza: spagnolo. Penso che la mia esperienza multiculturale giochi un ruolo importante nel comprendere le lezioni e non solo: fare un’esperienza all’estero e, soprattutto, in una città come Bruxelles, apre la mente e gli orizzonti. Il fatto che venga da un altro paese non può essere che un punto forte in questa città e in questo Master, dove non si perde mai l’occasione di valorizzare la diversità e la multiculturalità!

Saskia, Switzerland and Holland

Je suis suisse et néerlandaise et j’ai choisi de venir à Bruxelles pour sa diversité culturelle et son ambiance, mais aussi pour l’affinité que j’ai avec les trois langues nationales du pays (aide professionnellement). J’ai opté pour l’ULB pour sa réputation internationale et parce qu’elle offrait un bachelier en Information et Communication que je ne pouvais trouver à Genève. Après mon bachelier, appréciant Bruxelles, j’ai décidé de continuer avec un Master en Communication Multilingue à finalité Multiculturalité à l’ULB pour en apprendre plus par rapport aux différentes cultures, aux langues, à l’immigration et à la communication qui font partie de mes sujets de prédilection. Je ne suis pas sûre que mes origines me donnent un réel avantage pour la compréhension des cours, si ce n’est une certaine connaissance des politiques (d’intégration) de certains Etats. Par ailleurs, il est très intéressant de comparer les langues entre elles, comme entre le néerlandais et le flamand, ou alors entre le français de Belgique, celui de France et celui de la Suisse.

Julia, Finland

Tulin Brysseliin opiskelemaan jo kandivaiheessa ja suoritin kääntamisen kandidaattitutkinnon ULB:llä. Bryssel kiehtoi monikulttuurisena kaupunkina ja tunsin Belgian entuudestaan lukion vaihtarivuoden ansiosta. Monikielisen viestinnän maisterin valitsin koska se antoi mahdollisuuden jatkaa osittain kieliopintoja mutta myös perehtyä paremmin erilaisiin kulttuureihin ja kansainvälisiin suhteisiin. Aiemmat kansainväliset ja monikulttuuriset kokemukseni ovat myös auttaneet tiettyjen kurssien ymmärtämisessä sillä tietyt tilanteet ovat jo ennestään tuttuja, kuten esimerkiksi kaksi-/monikielisyys ja sen vaikutukset kanssakäymiseen. Suosittelen ULBn monikielisen viestinnän ohjelmaa vieraskielisille jotka kuitenkin osaavat jonkin verran ranskaa, kokemus on todella rikastuttava!

Aurore, Belgium

Je viens de Wallonie, d’une famille qui parle uniquement le Français et ne connait pas du tout les langues. J’ai découvert un intérêt pour les langues quand j’étais au chômage et que j’ai commencé à suivre des formation de Néerlandais en collaboration avec le Forem, c’est là que j’ai décidé de reprendre des études.J’ai entamé un bachelier à l’ulb en langues et lettres, je connais le master en commumulti parce que j’ai étudié en bachelier à l’ulb du coup. Pourquoi l’ULB et pas une autre université pour l’apprentissage des langues? Car elle est située à Bruxelles, ville multiculturelle et multilingue par excellence! Pourquoi commumulti? Pour continuer dans les langues, et apporter mon expertise linguistique aux métiers de communication, ce qui est plus que needed dans notre société de plus en plus internationale.

Rachel, Germany

Als deutschsprachige Belgierin bin ich ursprünglich nach Brüssel gekommen, um an der ISTI, jetzt Teil der ULB, Übersetzung und Dolmetschen für Französisch, Englisch und Chinesisch zu studieren. Brüssel reizte mich vor allem wegen der vielen verschiedenen Kulturen, mit denen ich hier täglich in Kontakt komme. Die Universität habe ich wegen ihres Prestiges und ihres beeindruckenden Lehrpersonals, das zum Teil auch in den großen europäischen Institutionen arbeitet, ausgewählt. Da sich der Master in Übersetzung jedoch zu sehr auf diesen Teil der Sprache und der Sprachwissenschaft spezialisierte, habe ich mich, neben meinem Master in Politikwissenschaften, für den Master in Communication multilingue entschieden. Hier habe ich die Möglichkeit, meine Sprachfähigkeiten konkret auszubauen, diversen Unterrichten über Sprachwissenschaft und ihre praktische Anwendung zu folgen und mich gleichzeitig auf internationale Beziehungen zu spezialisieren. In diesem multikulturellen Umfeld lerne ich jeden Tag dazu.

Sara, Portugal

A pesar de ser portuguesa, sempre vivi em Bruxelas. Para mim, estudar aqui era óbvio sendo que, além de ser uma cidade multicultural, algo que adoro, acho que ofrece muitas oportunidades a nível académico. Depois, decidi estudiar na ULB porque amigos meus recomendaram-mo, e não me arrependo ! Decidi fazer um mestrado em comunicação multilingue porque ofrece a possibilidade de combinar três línguas com o uma especialização, algo que acho muito interesante e enriquecedor.
Ser bilingüe em português e francês ajuda-me muito na aprendizagem de novas línguas Além disso, ajuda-me a entender muitas questões atuais relacionadas à multiculturalidade e a ter uma menta mais aberta em relação á isso

Written by Laura Dodeigne