YCOP – How committed is Belgium to combating climate change?

As one of the defining topics of our generation and our future, climate change will be the main focus of this month’s articles for our website. Last Saturday, the YCOP ULB organized a youth forum for climate change action, where young people could hear from many different experts and people actually working on the field and debate about challenges for youth involvement, transport, energy transition, and agriculture. As Multilingual communication students, we were there to report the forum’s main takeaways. 

Is climate change already a problem? 

Yes! Nowadays, the global climate is 1.1˚C warmer than pre-industrial levels. While this might not seem like a tremendous change, the consequences are already palpable: ice caps are melting at alarming rates, sea levels are rising, and extreme weather conditions are becoming the norm. Moreover, last year, climate change accounted for 7 million deaths! Also, we have to remember that 1.1 ˚C is only the median increase: the global North is already experiencing an increase of 2-3 ˚C, and even up to 10 ˚C depending on the season. In general, global warming is very likely to attain 1.5 to 2 ˚C by 2030, which would be a danger to humans and the environment alike. 

Is climate change caused by humans? 

Prof. Hannon, expert in climate politics, warns that climate change is an imminentproblem caused by the release of chemical components and greenhouse gases into the atmosphere. He is surprised at how often he is questioned whether we can be sure that human activity is, indeed, the cause of the changing climate. As an expert in this subject, he confirms that it is clear that the climate-altering CO2 mainly comes from industrial production, transport, and heating, but also deforestation and agriculture. Indeed, anthropogenic carbon emissions are 100 times larger than natural ones. However, we do not see the necessary reactions: even after diverse campaigns and treaties, CO2 emissions are still on the rise, and since 2015, faster than ever. 

Isn’t the Paris Agreement solving everything? 

In order to keep global warming below the critical threshold of 1.5 ˚C, we only have 10 years to decrease the amount of CO2 released into the air by 45% from 2010 levels, and by 2050, we need to live emission-free. Even for a 2 ˚C increase, we need to significantly decrease our emissions by 2030 and attain a net zero around 2075. In reality, even if we keep our pledges and targets of the Paris Agreement – although it is the most ambitious climate agreement yet – it would still not be enough to significantly combat global warming. 

What is Belgium doing? 

Belgium is facing a mitigation challenge: although its emissions have decreased by about 20 % from 1990, with current policies, these emissions are likely to increase again. According to the experts, even if we follow our draft National Energy and Climate Plan (NECP), it is still “far from being enough” in order to reach the emissions targets. Indeed, pathways limiting global warming would require rapid and far-reaching transitions in energy, land, and urban infrastructure including transport, buildings, and industrial systems. While most policy makers look for short-term incremental change, we need systemic change in the way society is organized in order to effectively combat climate change. 

In the end, it is not “Belgium” that does not prioritize effective climate change action, but (too) many Belgian politicians. Hence, if you want to see real change in the way we treat our environment, do not take the upcoming elections lightly: take the time to read up about candidates’ programs to make an informed choice for your – and our – future on May 26. 

By Rachel Ledieu 

Languages in contact – What happens when languages meet?

In a time when Europe is going through the so-called ‘migration crisis’, it is important to talk about the influence that cross-border movements of people could have on languages (their own language as well as the vernacular). In fact, according to the Ethnologue website, “the movement of people also means the movement of languages from their original geographic locations to new locations and to new language ecologies”.

Migration is indeed not only a demographic phenomenon: migrants move from their home country to another bringing with them their cultures, customs and traditions, languages and sometimes also religions. Is this a recent phenomenon?

In the history of humankind, people have always moved from one territory to another, a long time before the words ‘continent’, ‘nation’ or ‘state’ were even coined. In prehistoric times, people were already moving from their original location in search for better living situations.

In this article, we are going to show you some cases in which movements of people resulted in language change.

Language contact – Historical cases

As Prof. Laura Calabrese wrote in her syllabus of Bloc1 course Multilinguisme et société, when it comes to language contact, the possible outcomes are diverse and can be temporary or permanent. The different groups can, in fact, maintain their language (language maintain) or adopt the other linguistic group’s code (language shift). A third possibility is the creation of a new code. These events can occur in different circumstances: migration, colonisation, tourism…

Historically speaking, one case in which some speakers adopted other groups’ code is colonisation. People did not speak English in Australia before 1770, French in Canada or Portuguese in Brazil. With colonisation, movements of people (in this case the colons) coincided with movements of languages, imposing their language and therefore changing the linguistic ecology of the colonized territories.

One of the main outcomes of language contact is interference. It occurs when speakers of a language adopt semantic, phonetic or syntactic features of the language they come in contact with. This phenomenon occurred to Spanish in Argentina. The mass migration of Italians (especially Neapolitans) to Argentina at the end of the 19th and the beginning of 20th century was indeed so large that Spanish speakers absorbed that Italian accent. This event differentiated the intonation and lexicon of Spanish speakers in Argentina so deeply that their dialect is distinguishable from other varieties of Spanish in the world.

Language contact – Recent cases

During the Bloc2 course Anglais II: Langue, Société et Culture, we studied the linguistic situation in India, discovering Hinglish language. The term is a portmanteau of Hindi and English, which is the language of colonisation, spoken in India since the beginning of the 19th century. Hinglish is a hybrid language, not yet normalised: it means that it doesn’t have its own dictionaries and grammar, but it is largely spoken by the younger generation. In fact, it is considered a subversive language, as some Hinglish speakers know both Hindi and English, but some others do not feel confident speaking English and prefer to use Hinglish because they would be more competent in it. Examples of words in Hinglish are Auntyji and Uncleji, which stand for a child’s elder relations.

In Europe, we can also notice some cases of interference between migrant languages and vernaculars. For instance, in Belgium and France, we can notice how the younger generation use more and more Arabic terms while speaking French. Some examples are: Insha’Allah, Mash ‘Allah, kiffer, halouf… Many of these words have spread way beyond immigrant communities and are now stable features of French slang, while some have entered the dictionary (bled, clebs, toubib) and thus the standard French lexicon.

We can also observe some situations of code switching. This concept refers to the linguistic phenomenon by which bilingual speakers mix languages during a conversation depending on cognitive economy factors. In other words, bilingual speakers often utter a word or a sentence in the language that occurs to them first, juggling between two (or more) languages spoken on a daily basis. This phenomenon is very common in migrants conversation or in families with mixed backgrounds.

What will happen in the near future?

The fact that migration in Europe is increasing does not mean that in the near future languages are going to change radically or disappear because of migration. And this won’t happen because of many reasons: first of all, European languages are nowadays extremely protected and normalised and, consequently, very difficult to replace. Secondly, migrants come from different countries of the world, bringing with them different languages and not just one that could exert a massive pressure on the local language (just as it happened to Old English when it met old French). It seems therefore unlikely that one of these languages could replace or interfere deeply with European vernaculars. Thus, it is also important to consider that languages are continually changing and new vocabulary is permanently added in dictionaries, a phenomenon that has been going on since the beginning of  globalisation… in the 15th century! Isn’t this extremely enriching?

Written by Jennifer Ferri

Le racisme dans le monde du travail

En ce jeudi 18 avril, je te propose pour l’avant-dernière fois un article sur la multiculturalité et le racisme. Dans ce dernier, j’aborderai un thème malheureusement encore présent de nos jours: la discrimination culturelle et raciale dans le monde du travail.

En effet, dans un article publié par la RTBF en 2017, on annonçait que « Dans la capitale, les chiffres parlent d’eux-mêmes : le taux d’emploi des Bruxellois d’origine belge s’élève à 71%, contre 35% pour ceux d’origine étrangère. » Alors, deux ans après, est-ce que le monde du travail belge est enfin devenu plus tolérant ?

La discrimination en Belgique

Dans ce rapport émis par l’ENAR (European Network Against Racism), on découvre que la Belgique s’est dotée de nombreuses lois contre la discrimination raciale et sociale au travail (Loi anti-racisme et anti-discrimination), mais que les mœurs n’ont pas encore réellement changé. En 2014, 71,6 % de Belges travaillait contre 42 % pour les travailleur.euse.s d’origines Nord-Africaine. Dans une étude de l’Université de Gand, il a été découvert que les travailleur.euse.s ayant des noms de famille d’origine turque ou marocaine avaient 23 % moins de chance d’être recruté.e.s qu’une personne au nom ayant une consonance flamande. Les employeur.euse.s de nos jours semblent toujours craindre la différence et ne pas vouloir faire confiance aux demandeur.euse.s d’emploi étranger.ère.s.

L’état des lieux de la législation belge

Il existe 4 lois en Belgique punissant la discrimination raciale et sociale.

La première est la loi anti-racisme qui est entrée en vigueur en 1981. Cette dernière interdit toute discrimination directe, indirecte, l’injonction de discriminer et le harcèlement sur le lieu de travail « fondé sur la nationalité, une prétendue race, la couleur de peau, l’ascendance ou l’origine nationale ou ethnique. »

La seconde est la loi sur l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes (thème du mois passé)

Ensuite, la loi anti-discrimination condamne « la discrimination fondée sur l’âge, l’orientation sexuelle, l’état civil, la naissance, la fortune, la conviction religieuse ou philosophique, la conviction politique, [1la conviction syndicale,]1la langue, l’état de santé actuel ou futur, un handicap, une caractéristique physique ou génétique ou l’origine sociale. ».

Finalement, la Belgique s’est dotée d’une loi pacte-culturel.

En bref

Malgré les nombreuses lois et réprimandes institutionnelles concernant le racisme et la discrimination au travail, les chiffres parlent d’eux-mêmes. En 2019, la couleur de peau, la nationalité, la religion ou l’ethnie sont encore des obstacles à l’intégration sociale.

La lumière au bout du tunnel? L’organisation d’une journée pour la lutte contre le racisme le 21 mars par les syndicats belges. Tout n’est peut-être pas encore perdu…

Écrit par Laura Dodeigne

Multiculturalité et racisme : quelques cas belges

En tant qu’étudiant.e.s en communication multilingue, nous sommes particulièrement conscient.e.s que le contact des cultures est omniprésent dans nos sociétés contemporaines. Malheureusement, cette multiculturalité est encore trop souvent accompagnée par des expressions de racisme de plus en plus banalisées, et ce à divers niveaux de la société. La Belgique ne fait pas exception.

Définir le racisme

La manifestation nationale contre le racisme a eu lieu ce 24 mars à Bruxelles. Pour cette occasion, Esther Kouablan, directrice du Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie (MRAX) a prononcé un discours dans lequel elle est revenue sur la notion de racisme : « (…) il faut savoir que le racisme est une idéologie fondée sur le postulat que des races existent au sein de l’espèce humaine. Et qu’au sein de de ces catégories de races, des personnes sont intrinsèquement inférieures et d’autres intrinsèquement supérieures. C’est donc un système de domination qui induit notre regard, en l’orientant dans sa perception de l’autre. »  Ce système de domination qui caractérise le racisme persiste dans notre société et en vient même à être banalisé dans certaines occasions.

La banalisation du racisme : cas n°1

Le Mercredi 24 janvier 2018, le quotidien flamand De Morgen a publié une carte blanche rédigée par Bart de Wever. Dans cet écrit intitulé « La gauche doit choisir entre des frontières ouvertes et l’État providence », le président de la NV-A associe migration et mise en péril de notre système social. Durant une interview, Andrea Rea du Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Egalité (GERME) à l’ULB explique non seulement que les étrangers ou réfugiés ne mettent pas en danger notre système social et contribuent même à en assurer son avenir mais aussi que les qualifier de « profiteurs » est un processus dans lequel : « le groupe racialisé n’est pas simplement qualifié de différent, il est surtout infériorisé, minorisé. Les membres sont des “sous-citoyens” à qui on nie la légitimité de leur demande d’égalité de droit, de parole, d’estime. » Andrea Rea met en garde contre les propos racistes relayés par les politiques : « Lorsque des politiques relaient des propos racistes, ils les légitiment ; ils changent la norme de ce qui est audible et dicible ; ils libèrent en effet la parole raciste dans les assemblées, dans les cafés, dans la rue, au travail, etc. »

La banalisation du racisme : cas n°2

La banalisation du racisme peut aussi s’exprimer dans d’autres contextes que ceux de l’espace politique. Un exemple belge récent est celui du carnaval d’Alost du 3 mars dernier. En effet, un char caricaturant des juifs orthodoxes assis sur des sacs remplis d’argent ainsi que des individus déguisés en membres du Ku Klux Klan ont défilé lors de l’évènement. Dans un communiqué de presse, Ernesto Ottone Ramirez, directeur adjoint de la culture de l’UNESCO a souligné que : « L’esprit de satire du carnaval d’Alost et la liberté d’expression ne sauraient servir de paravent à de telles manifestations de haine ».

Ces deux exemples soulignent l’importance de condamner toutes formes de racisme et nous invitent à rester vigilant.e.s face a sa banalisation en Belgique mais aussi dans toutes les sociétés multiculturelles contemporaines afin de promouvoir l’égalité entre les citoyens.

Écrit par Caroline Noël

crise migratoire

« Crise migratoire » et débat sémantique

Après notre mois de mars dédié au féminisme, nous entamons le mois suivant, qui sera lui consacré au sujet de la migration et de la multiculturalité. Pour entrer dans le vif du sujet, ce bref article te propose un tour des débats récents sur les questions migratoires et leur terminologie, car en tant que futur.e.s professionnel.le.s de la communication multilingue, il ne suffira pas seulement de connaître les mots et leurs significations, il faudra également savoir les utiliser de la bonne façon, en ayant conscience de leurs connotations.

La migration, phénomène qui ne date pas d’hier, a surtout fait couler de l’encre en Europe avec l’arrivée de la « crise migratoire ». Selon les données des deux grandes organisations internationales s’occupant de la question migratoire et des réfugiés, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) et le Haut-Commissaire pour les Réfugiés auprès des Nations Unies (HCR), l’Europe a accueilli plus d’un million de personnes rien qu’en 2015, dont la plupart fuyaient la guerre en Syrie. Ce phénomène a par conséquent donné lieu à de nombreux débats, que ce soit sur la manière de gérer la situation dans les pays où l’asile était cherché ou dans les pays d’origine, mais aussi sur la façon d’aborder le sujet dans la presse. Le journal Al Jazeera English a d’ailleurs pris la décision éditoriale de ne plus utiliser le terme migrant lorsqu’il parle des personnes traversant la Méditerranée –décision qui a, par la suite, pu être considérée comme véritable événement discursif.

L’article paru le 20 août 2015 sur la décision de ne plus employer le terme « migrants ».

« Migrant » et « réfugié,  une différence majeure

Pour la petite minute histoire, la différenciation entre les termes « migrant » et « réfugié » est en réalité plus récente que l’on pourrait le croire. En effet, ce n’est qu’après la Deuxième Guerre mondiale que le Droit international a reconnu un statut particulier aux réfugiés avec la Convention de Genève, qui a été ratifiée par 145 Etats. Auparavant, des termes variés comme « exilés » ont été employés pour désigner des personnes qui ne pouvaient retourner dans leur pays d’origine pour leurs actions et leurs idées.

Migrants ou réfugiés- quelques définitions 

Aujourd’hui la dichotomie entre ces deux termes se manifeste entre autres par l’existence de deux organisations séparées pour chaque catégorie. Le Haut-Commissaire pour les Réfugiés auprès de l’ONU (HCR) définit un réfugié (d’après la Convention de Genève de 1951) comme une « personne qui craint la persécution pour sa race, sa religion ou son appartenance à un groupe social et demande par conséquent la protection d’un pays dont il n’a pas la nationalité ». L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) quant à elle admet qu’il n’y a pas de définition légale de ce qu’est un migrant aujourd’hui, mais souligne le caractère volontaire sous-entendu pour le mot migrant. Or, force est de constater que ces mots sont parfois utilisés de façon interchangeable dans la presse.

L’évolution des termes


Calabrese Laura ed. & Veniard Maria ed., 2018, Penser les mots, dire la migration, Paris, Editions L’Harmattan

Aujourd’hui, nous observons également l’apparition de néologismes utilisant les termes réfugié ou migrant comme « écoréfugié » pour désigner quelqu’un qui fuit son pays à cause du changement climatique ou encore « transmigrant » pour désigner quelqu’un qui ne ferait que transiter par son pays d’accueil avant de continuer vers une autre destination. Ces néologismes n’ont pas forcément de définition officielle et encore moins un statut en Droit international, mais peuvent prendre de l’importance lorsqu’ils sont utilisés comme instruments politiques. Des expressions semi figées comme « faux réfugié » ont été utilisées par la presse et le monde politique dans un but de délégitimation de l’image du réfugié. De l’autre côté, des associations caritatives ont adopté une terminologie inclusive, et combinent par exemple les deux termes « migrant-réfugié » pour faire passer le message qu’il faut accueillir ces personnes peu importe leur statut administratif. (Calabrese Laura ed. & Veniard Maria ed., 2018, Penser les mots, dire la migration, Paris, Editions L’Harmattan)

La situation dans l’Union Européenne

En Europe, le règlement de Dublin a été adopté pour répondre à la question de quel État européen doit prendre la responsabilité d’examiner la demande d’asile d’une personne. Ce règlement est basé sur la convention de Dublin signée en 1990 et s’applique à tous les États Membres de l’Union Européenne ainsi qu’à la Norvège et la Suisse qui ont également voulu l’appliquer. Il prévoit en règle générale que la demande d’asile d’une personne arrivant sur le territoire européen doit être traité par le premier pays dans lequel elle arrive. Ce principe a été remis en question depuis 2015 car les pays en première ligne notamment la Grèce et l’Italie, débordés par la quantité de personnes arrivant en peu de temps, déploraient un manque de solidarité de la part des autres pays européens. Le règlement n’a toutefois pas (encore ) été retravaillé. Ce règlement a d’ailleurs également inspiré une nouvelle appellation, celui de « dubliné ».

Ce débat autour de la terminologie est donc loin d’être fini. La situation actuelle est bien plus complexe que les différents statuts administratifs disponibles pour les personnes concernées. La binarité de la dichotomie entre les termes refugié et migrant ne suffit plus pour décrire cette réalité. Le choix des termes revient parfois à faire un choix politique, car les mots utilisés pour décrire une réalité ont une connotation bien particulière.

Écrit par Julia Virtanen